Introduction à la musique des plantes

 

Ravie de vous accueillir ici pour partager avec vous au fil du temps mes aventures et expériences musico-botaniques...

 

Pour commencer merci à tous mes nombreux et généreux amis (une trentaine au total !), pour leur contribution à l'achat de ce merveilleux appareil qui permet de capter et d'entendre la musique des plantes !

 

Voici la fameuse boîte à musique : 

Et mon laboratoire dans le soleil du matin (qui est aussi mon studio de musique et une pièce de méditation, c'est vous dire s'il y a de bonnes ondes dans cet endroit !) :

Je vous présente maintenant mon amie musicienne, une superbe fougère arborescente de 4 ans originaire des forêts australes, de la sous-epèce Dicksonia Antartica. Il y a 350 millions d'années, au temps des dinosaures, elle poussait en forêts de spécimens de plusieurs mètres de haut...

Elle a l'air de bien se plaire ici, depuis une dizaine de jours elle a fait trois pousses qui grandissent presque à vue d'œil !

Maintenant que les présentations sont faites, voici comment fonctionne l'ensemble : tout d'abord il y a besoin de deux électrodes spéciales, une qui s'enfonce au niveau des racines, et l'autre qui vient pincer légèrement une feuille.

Ce qui donne ceci une fois qu'elles sont fixées sur la plante :

Les électrodes captent la différence de potentiel électrique en temps réel entre les racines et les feuilles. Cette différence de potentiel, que nous appellerons plus simplement activité électrique, varie d'un instant à l'autre en fonction de l'environnement de la plante, de son état, etc...

Cette activité électrique qui change perpétuellement est captée par le boîtier qui la transforme en sons musicaux. Car oui, cette activité électrique est musicale par nature !

En effet, le rapport entre toutes les fréquences de cette activité électrique est le même que celui qui existe entre les notes de musique. Il est donc facile d'associer chaque fréquence à une note, c'est ce que fait le boîtier, et on obtient en direct l'image musicale de l'activité électrique de la plante.

Le boîtier est relié à mon clavier, qui m'offre une banque de sons très large.

C'est moi qui choisis une couleur sonore, piano, orchestre, vibraphone, synthé ou autre, et avec cette sonorité-là, la plante compose sa propre mélodie toute seule.